Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2009

Corps

 

   L'exposition "Our Body" de Gunther Von Hagens se tient actuellement Place de la Madeleine à Paris. Elle a été refusée successivement par le Musée de l'Homme et la Cité des Sciences, et c'est tout à l'honneur de ces deux institutions.

   Monstrueuse exposition s'il en est. Elle me paraît illustrer à la perfection le point de non retour où semble être arrivé l'Art dans notre monde contemporain.

   Songez que nous avons devant les yeux des humains, comme vous et moi, et non pas des sculptures imaginées par un artiste qui devrait, ceci dit en passant, se poser des questions sur ce qu'il est et fait. Des humains donc, qui ont eu une vie avec des joies, des peines, des souffrances, et tout le respect qui leur est dû pour cela, comme à tout un chacun. Mais là, où est le respect ? Des corps morts, démantelés, desarticulés, désossés, écorchés, avec un plaisir manifestement morbide et pathologique, et donnés en pâture à l'oeil du plus grand nombre. Et de plus plastifiés, plastinés pour les rendre incorruptibles : terrible parodie d'Immortalité et d'Eternité.

   Une manifestation à fuir véritablement afin de ne pas donner à son auteur la légitimité et la reconnaissance qu'il ne mérite pas d'avoir. Mais les temps modernes sont parfois si obscurs, qu'il se trouvera toujours quelque bourgeois "cultivé" et s'estimant esthète pour trouver cela digne d'intérêt et beau.

PS – J'ai délibérément choisi de ne pas mettres d'images de l'exposition dans cette note. Si vous souhaitez cependant en voir une vidéo, je vous invite à aller sur le blog d'un nouveau venu sur Vox, à qui je souhaite d'ailleurs la bienvenue : http://malcomey.vox.com . 

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »

On nous dit souvent : « Pourquoi remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même »… Foutaise ! Mieux vaut parfois remettre au lendemain ce que l’on pourrait mal faire le jour même…

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »

Plus personne ne se souvenait de Chicot, bouffon du Roi sous le règne d’Henry III, né à Villeneuve-sur-Lot. Plus personne sauf Alexandre Dumas, et quelques-uns des lecteurs éclairés de ce grand Maître en l’Art du roman. Quoique vous puissiez en penser, l’oubli dans lequel j’étais tombé ne me pesait guère. J’étais très heureux de pouvoir enfin jouir d’un repos bien mérité en Agenais, dans mon sépulcre sous un arbre, bien clos et obscur. Mais avec le temps quelques fissures s’étaient pourtant ouvertes, par lesquelles me parvenaient les bruits de la fureur et de la confusion du monde, rumeurs qui ne cessaient de troubler mon sommeil. Ce monde avait donc si peu changé. J’avais beau me tourner et me retourner dans ma tombe pour trouver le sommeil, rien à faire, je ne pouvais m’empêcher de ressasser : les humains sont des imbéciles, pensais-je, et la bêtise aveugle gagne. J’en étais là de mes réflexions lorsque, par une Grâce particulière, j’eus la révélation suivante : à l’imbécilité qu’opposer de mieux que la folie. Mon sang se remit alors, par miracle, à bouillir dans mes veines…Diou Bibant ! c’est alors que je décidai de sortir de mon réduit et de reprendre mon métier de bouffon. je dormirai décidemment plus tard. Je m’installai ensuite au pied de mon arbre vénérable où se posaient toujours quelques oiseaux. De mon pourpoint, je sortis un carnet et une plume. J’ai toujours été homme prompt à faire une plaisanterie sentie et bien tournée, ou à  lancer mes piques ; mais l’âge venant, je m’étais vu obligé, au risque sinon de les oublier, de noter tous ces bons mots. Restait à trouver l’encre : je me perçai donc l’index avec la plume (ce qui ne me fit aucun mal), le sang coula et je pus me mettre à la tâche. Un nouveau prodige se produisit alors, je me rendis compte que je pouvais tout voir et tout entendre du monde, sans bouger de ma place ; la mort vous change un homme, pensais-je. Hardit Chicot ! Ne rechigne pas à la besogne !

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »