Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2008

Diogène Laërce, philosophe grec antique (413-327 av. JC), nous a transmis le seul aphorisme de l’enseignement de Diviciac, druide éduen :

« Révérer les dieux, ne rien faire de mal et s’endurcir au courage. »

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Publicités

Read Full Post »

La médiéviste Régine PERNOUD souligne dans plusieurs de ses ouvrages le lien presque invisible qui relie, par delà la période romaine de notre histoire, la civilisation celtique et la civilisation médiévale en France. Elle affirme ce lien assuré et visible dans l'Art Roman, aussi bien dans l'Architecture (il n'y a qu'à observer, par exemple les superbes ornements des chapiteaux de nombre de nos basiliques), que dans l'Art de l'enluminure des manuscrits. L'Art musical n'échappe pas non plus à cette filiation : j'en veux pour preuve le nombre de Lais dits "Bretons", composés du 12è au 14è siècle. Ces pièces content les légendes arthuriennes.

En 2000, Agnès Brosset et son "Ensemble Vocal Colortalea" nous a donné un très intéressant enregistrement de ces "Lais Bretons", je ne peux que vous inciter à le commander chez votre disquaire. En voici un extrait dans cette note. Il s'agit du "Lai du boire amoureux". Bonne écoute.

 

Le fragment lyrique s'intercalait dans un roman en langue d'Oïl, langue du Nord de la France, contant l'Histoire de Tristan et Iseult. Je ne suis pas un spécialiste du Français médiéval, mais il me semble comprendre que l'on peut situer l'épisode après que Tristan ait bu le Filtre magique à l'origine de son amour pour Iseult. Il nous en décrit les effets et toute l'ambivalence de ses sentiments après ce geste.

"la ou mesire Tristans harpoit en tel maniere comme je vous cont, il cantoit tant bel et si doucement plus que nus autres :

LE BOIRE AMOUREUX ou PLESANT OU PESANT

I

La ou jou fui dedens la mer

Li boires qui n'a point d'amer

Amours dut cel boire embasmer

Qui m'a fait de dolour pasmer

II

Tant est chis boires dous et sades

Que il sane bien les malades

Mors sui et devieng fors et rades

Chis boires est dous non pas fades

III

Des que j'oi chest boire beü

Fui jou de dolour embeü

Dont je l'aim et tant m'a pleü

Com chil fust de Dieu apleü

IV

Chis boires n'est mie quisans

Pour coi jou sui tous deduisans

Cist boires n'est mie nuisans

Ains fait les rices acointans

V

Chis boires m'oste de dolour

Em pais me met et en valour

De grant froit me met en chalour

Che n'est pas boires de flour"

 

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »