Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2006

Voltaire

   Parmi tous les auteurs que la culture française moderne porte au pinacle et tant que l'on est obligé de l'étudier en classe, je n'ai jamais apprécié Voltaire (1694-1778) qui pour moi n'était souvent que haine, et manquait de dicernement : dans ma représentation, il était cette statue sculptée par Houdon, ce vieillard à l'horrible rictus. Et j'ai découvert dernièrement, chez un brocanteur, un petit livre broché et tout jauni par le temps, présentant une sélection de lettres de cet auteur. Le Voltaire intime m'apparait depuis comme beaucoup plus intéressant, à tout prendre, et humain que le Voltaire d'opinion. Je vous livre dans cette note cette très belle lettre, véritable éloge de l'amitié, et d'une si belle langue. Voltaire l'adresse en Décembre 1744 à Vauvenargues (1715-1747), le célèbre moraliste, qui était sur le point de perdre la vue. Vauvenargues venait de lui adresser, quant à lui, un éloge funèbre qu'il avait écrit en hommage à son ami Caumont, mort à Prague.

  531pxvoltaire_3  L'état où vous m'apprenez que sont vos yeux a tiré, monsieur, des larmes aux miens ; et l'éloge funèbre que vous m'avez envoyé a augmenté mon amitié pour vous, en augmentant mon admiration pour cette belle éloquence avec laquelle vous êtes né. Tout ce que vous dites (que la dureté des hommes les empêche de regretter leurs semblables) n'est que trop vrai, en général. Vous en exceptez sans doute l'amitié. C'est elle qui vous a inspiré, et qui a rempli votre âme de ces sentiments qui condamnent le genre humain. Plus les hommes sont méchants, plus la vertu est précieuse ; et l'amitié m'a toujours paru la première de toutes les vertus, parce qu'elle est la première de nos consolations. Voilà  la première oraison funèbre que le coeur ait dictée, toutes les autres sont l'ouvrage de la vanité. Vous craignez qu'il n'y ait un peu de déclamation. Il est bien difficile que ce genre d'écrire se garantisse de ce défaut ; qui parle longtemps, parle trop sans doute. Je ne connais aucun discours oratoire où il n'y ait des longueurs. Tout art a son endroit faible ; quelle tragédie est sans remplissage, quelle ode sans strophes inutiles ? Mais, quand le bon domine, il faut être satisfait ; d'ailleurs, ce n'est pas pour le public que vous avez écrit ; c'est pour vous, c'est pour le soulagement de votre coeur ; le mien est pénétré de l'état où vous êtes…Adieu, monsieur ; soyez heureux, si les hommes peuvent l'être ; je = compterai parmi mes beaux jours celui où je pourrai vous revoir. Je suis avec les sentiments les plus tendres, etc.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »

Pierre le Poète

   Sur la toile complexe et gigantesque du web, où l'on trouve tout et son contraire, se prennent parfois de belles lucioles. C'est le cas de "Pierre1975" (voir le lien vers son blog) dont je voudrais saluer par cette note le travail de poète : poésie écrite, dessinée ou peinte. avec cette volonté, qu'avait déjà  Jean Cocteau, de faire acte poétique de tout bois. Jugez en plutôt :

   Il n'y a qu'à voir cette très intéressante "mise en l'espace" de la poésie. Guillaume Apollinaire, me semble-t-il, avait fait cela avec ses "Calligrammes". Et aussi ce "Rêve de COTON BLANC", où un élément si ordinaire peut ouvrir des horizons si extraordinaires. (Pour voir le poème en entier, merci de cliquer dessus).

   

   Je ne sais pourquoi ce tableau évoque pour moi l'Art roman. Il a aussi quelquechose de l'enluminure. Pierre connait-il la peinture romane ou retrouve-t-il l'essence de cet Art, son énergie, en puisant au fond de lui-même ?

   Souhaitons à Pierre de pouvoir bien mener sa barque avec des vents qui ne lui soient pas trop contraires.

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »

Savoir rire

   J'ai lu dernièrement dans un magazine de télévision un article au sujet de Coluche. L'auteur de ce papier proposait quelques bons mots de l'humoriste à la critique de personnalités de SOS Racisme, de la LICRA, de SOS Homophobie et du Féminisme. Les réponses qu'ils et elles firent sont terriblement surprenantes et si moralistes aussi ! Avec de la difficulté à prendre du recul, à envisager le second degré dans leurs réflexions. La France est-elle en train de perdre son humour si caractéristique et son esprit de dérision si salutaire ? Je vous livre ces quelques bons mots, le trait y est souvent gras, mais c'est le jeu du bouffon (souvenez-vous de Rabelais…). A vous de vous faire une idée et d'y réagir en laissant vos commentaires.

   "La France, c'est le seul pays arabe à ne pas être en guerre."

   "Il paraît que l'alcool est déconseillé aux femmes enceintes. Pourtant, entre nous, s'il n'y avait pas d'alcool, il n'y aurait pas beaucoup de femmes enceintes."

   "Un juif dit à son pote : c'est formidable, je pars demain en voyage de noce. Et tu n'emmènes pas ta femme ? Mais non, elle garde le magasin !"

   "Deux potes d'enfance se retrouvent : Et aujourd'hui, il fait quoi ton fils ? Il est coiffeur. Ah, le mien aussi, il est pédé !

Commentaires: lire et poster | Envoyer à un ami

Read Full Post »